LES 4 JOURS FOUS... C'EST PARTI +++ Obtenez la livraison GRATUITE pour toute commande de 75$ et plus ! Canada seulement

Qu’est-ce que les prébiotiques et les probiotiques

Écrit par Sophie Hébert Saulnier, vétérinaire

Depuis quelques années, un grand nombre de produits destinés à la bonne santé digestive ont fait leur apparition sur le marché, autant pour les humains que pour les animaux. Comment s’y retrouver parmi toute cette variété ? 

Le système digestif de chaque être vivant constitue un écosystème en soi. Un grand nombre et une grande variété de bactéries y vivent. Ces organismes microscopiques vivent dans tous les milieux, autant dans les volcans, qu’au fond de la mer, sur notre peau et dans nos intestins. Des milliards de bactéries sont présentes sur un animal ou un humain.

Certaines espèces de bactéries sont bénéfiques, celles que nous appelons habituellement les probiotiques, et certaines sont néfastes, les bactéries pathogènes qui peuvent nous rendre malade. Probiotique, signifie “pour la vie”.

Les bactéries probiotiques sont présentement dans tout notre système digestif, mais principalement dans les intestins où elles jouent un rôle important. L’ensemble des bactéries vivant dans notre système digestif est nommée la flore bactérienne.

Les bactéries participent à la digestion, en dégradant certaines molécules qui seront plus facile à absorber par la suite. Elles forment un tapis bactérien qui recouvre la muqueuse intestinale en formant une couche protectrice contre les bactéries pathogènes. Cette couche protectrice est appelée le biofilm. Les probiotiques vont donc améliorer le système immunitaire et protégeant contre les bactéries pathogènes, en diminuant les chances de tomber malade.

Un autre élément  important généralement  présent avec les probiotiques est appelée “prébiotiques”. Prébiotique signifie “avant la vie”. Habituellement il s’agit d’élément nutritif servant à nourrir les bactéries probiotiques. Nourrir les bactéries bénéfiques, en augmente le nombre et la variété, pour avoir une flore bactérienne plus diversifiée et abondante. Les bactéries peuvent être nourries avec différents éléments, mais le plus souvent, certains types de fibres vont être utilisés.

Les suppléments de probiotiques peuvent également contenir à la fois des “bonnes bactéries” probiotiques et des prébiotiques pour nourrir celles-ci, le supplément en sera encore plus efficace lorsque c’est le cas. Il convient donc de rechercher un produit qui en contient.

Hill, C; Guarner, F; Reid, G; Gibson, GR; Merenstein, DJ; Pot, B; Morelli, L; Canani, RB; Flint, HJ; Salminen, S; Calder, PC; Sanders, ME (August 2014). "Expert consensus document. The International Scientific Association for Probiotics and Prebiotics consensus statement on the scope and appropriate use of the term probiotic.". Nature reviews. Gastroenterology & hepatology.11 (8): 506–14.  

Utilisations des probiotiques

Les utilisations des probiotiques chez les animaux sont nombreuses (et la plupart s’applique également chez les humains !). Une des plus importantes utilisations est d'améliorer la fonction du système immunitaire, de nombreuses recherches sont en cours. Les utilisations énumérées ici ne sont pas prouvées scientifiquement pour toutes les espèces d’animaux de compagnie, mais le sont chez certaines espèces.

L'administration de probiotiques durant l'antibiothérapie diminue les chances de développer des infections secondaires en repeuplant la flore bactérienne au fur et à mesure. Une portion des bactéries administrées dans les probiotiques sera détruite, mais celles qui survivront, vont aider la flore intestinale.

Il est important ne pas administrer les probiotiques en même temps que l'antibiotique, qui les tuera. Il est recommandé de séparer l'administration d'au moins une heure (idéalement après) afin de maximiser la survie des bactéries bénéfiques.

De même, les probiotiques stimulent la réponse immunitaire, et aident donc à la défense contre l'infection primaire. Les bactéries probiotiques, forme une couche protectrice dans le système digestif contre les bactéries pathogènes pouvant rendre l'animal malade. Certaines modifient l’environnement de l’intestin pour être favorable aux « bonnes bactéries » et défavorables aux « mauvaise bactéries ».  Également, elles favorisent une meilleure réponse du système immunitaire face aux infections. Toutes ces actions vont diminuer les chances de contracter une infection et de tomber malade. L’administration de probiotiques peut aider à obtenir une meilleure réponse immunitaire durant la vaccination, donc favoriser une meilleure protection.

Les probiotiques sont également utilisés durant et après un traitement antibiotique. Ce dernier tue les bactéries pathogènes causant la maladie dont nous voulons se débarrasser, mais tue également une partie des bactéries bénéfiques. Il est donc important de recoloniser l'intestin maintenant « vide » avec de nouvelles bonnes bactéries avant que les bactéries pathogènes s’y loge, causant ce que l’on appelle une infection secondaire.

En cas de dérangement digestif, tel la diarrhée, les probiotiques peuvent aider à soulager les symptômes, en diminuant la sévérité et la durée du problème. La flore bactérienne normale est très souvent débalancée lors d’un tel problème, la rétablir aidera dans la majorité des cas.

Une des autres utilisations des probiotiques est d’en donner aux jeunes animaux pour augmenter et accélérer leur croissance. Ils sont particulièrement utilisés ainsi chez les animaux de production, mais pourrait potentiellement améliorer la croissance chez les autres espèces également en améliorant la digestion et l’absorption des nutriments, principalement.

Beauchemin KA, Krehbiel CR, Newbold CJ (2006) Enzymes, Bacterial Direct-Fed Microbials and Yeast: Principles for Use in Ruminant Nutrition. In: Mosenthin R, Zentek J, Ebrowska TZ (Eds) Biology of Nutrition in Growing Animals.

Cho JH, Zhao PY, Kim IH (2011) Probiotics as a Dietary Additive for Pigs. Journal of Animal and Veterinary Advances 10 pp2 2127-2134.

Chaucheyras F and Durand H (2010) Probiotics in animal nutrition and health. Beneficial Microbes 1: 3-9.

Hiruta Yirga, (2015) The Use of Probiotics in Animal Nutrition, Journal of Probiotics & Health

Steiner T (2009) Probiotics in Poultry and Pig Nutrition: Basics and Benefits. The Poultry site.

Matteo A. Avella, Allen Place, Shao-Jun Du, Ernest Williams, Stefania Silvi, Yonathan Zohar, Oliana Carnevali.Lactobacillus rhamnosus Accelerates Zebrafish Backbone Calcification and Gonadal Differentiation through Effects on the GnRH and IGF Systems. PLoS ONE, 2012; 7 (9): e45572 DOI: 10.1371/journal.pone.0045572

H.H. Musa , S.L. Wu , C.H. Zhu , H.I. Seri and G.Q. Zhu (2009), The potential Benefits of Probiotics in Animal Production and Health, Journal of Animal and Veterinary Advances vol. 8, Issue 2, P.313-321

Rijkers GT, de Vos WM, Brummer RJ, Morelli L, Corthier G, Marteau P (2011). Health benefits and health claims of probiotics: Bridging science and marketing. British Journal of Nutrition. 106 (9): 1291–6

Hamid R. Haghighi,Jianhua Gong,Carlton L. Gyles,M. Anthony Hayes Babak, Sanei,Payvand Parvizi, Haris Gisavi,James R. Chambers, and Shayan Sharif, (2005). Modulation of Antibody-Mediated Immune Response by Probiotics in Chickens, Clin Diagn Lab Immunol. 2005 December; 12(12): 1387–1392

     

    L'utilisation des probiotiques durant l'antibiothérapie ou la maladie 

    En période de maladie, le système immunitaire de l'animal est très sollicité, il est occupé à se défendre contre l'infection en cours. L'administration de probiotiques peut aider le système immunitaire à combattre l'infection principale et également à diminuer les chances de contracter une infection secondaire.

    Premièrement, les bactéries, en recouvrant la paroi du système digestif, forme une couche protectrice contre les bactéries pathogènes, ces "mauvaises bactéries" pouvant rendre l'animal malade, les bactéries pathogènes. Ce faisant, cette couche protectrice, nommé biofilm, diminue les risques que les bactéries pathogènes s'attachent à la paroi de l'intestin pour entrer dans le système de l'animal, les bactéries pathogènes continuent donc dans les selles pour y être excrétées. 

    Deuxièmement, certaines espèces de bactéries vont modifier les conditions environnementales dans l’intestin afin de favoriser la croissance des autres bactéries bénéfiques. Par exemple, certaines bactéries vont acidifier le PH (balance entre l'acidité et l'alcalinité) de l'intestin, ce qui favorise la croissance des bactéries bénéfiques et diminue la croissance des bactéries pathogènes. Également, d'autres bactéries vont produire des molécules qui inhibent la croissance des bactéries pathogènes, laissant la place à leurs congénères probiotiques.

    Troisièmement, les bactéries probiotiques vont améliorer la réponse immunitaire en jouant un rôle « d’ immunomodulation ». C’est-à-dire, de régulation de la réponse immunitaire en agissant sur plusieurs types de cellules jouant un rôle dans la défense immunitaire du corps. L’administration de probiotiques peut aider  à obtenir une meilleure réponse immunitaire durant la vaccination, donc favoriser une meilleure protection.

    Les probiotiques peuvent également aider à prévenir les infections secondaires. Par exemple, chez les oiseaux, particulièrement les jeunes ou les individus chez qui le système immunitaire n'est pas optimal, il est commun durant un traitement antibiotique de développer des infections secondaires à levures (Candida Albicans).

    En effet, l'antibiotique tue la plupart des bactéries présentent dans l'intestin, mais pas les levures qui sont des champignons microscopiques. Les levures, qui sont habituellement présentent en très faible nombre, vont profiter de l'espace nouvellement disponible et se multiplier jusqu'à causer des problèmes.  Le problème secondaire, l'infection à levure, peut maintenant être aussi important que le problème primaire, l'infection bactérienne, et causer des symptômes chez l'animal.

    L'administration de probiotiques durant l'antibiothérapie diminue les chances de développer des infections secondaires en repeuplant la flore bactérienne au fur et à mesure. Une portion des bactéries administrées dans les probiotiques seront détruits, mais celles qui vont survivre, vont aller aider la flore intestinale.

    Il est important ne pas administrer les probiotiques en même temps que l'antibiotique, qui les tuera. Il est recommandé de séparer l'administration d'au moins une heure (idéalement après) afin de maximiser la survie des bactéries bénéfiques. 

    L'utilisation des probiotiques en période de stress et ses bienfaits

    Nous vivons tous des périodes stressantes dans nos vies, ceci est également valable pour nos animaux !  Lors d'une période de stress, nous produisons une hormone nommée cortisol, qui nous aide à court terme à répondre au stress en nous préparant pour s'échapper d'un prédateurs, par exemple en augmentant la fréquence cardiaque, augmentant le taux de glucose dans le sang pour avoir de l’énergie pour courir, etc.. Par contre, lorsqu'il s'agit d'un stress chronique durant plus longtemps, ces effets deviennent alors néfastes. Entre autres, le cortisol produit en période de stress diminue l'efficacité du système immunitaire, nous rendant donc plus prompt à attraper une infection.

    L'utilisation des probiotiques durant une période stressante aide à modérer cette diminution du système immunitaire ainsi que d'améliorer la flore bactérienne, diminuant ainsi les risques d'infection secondaires.

    Voici quelques exemples d'éléments stressant pour un animal :

    • Déménagement
    • Adoption d'un nouvel animal
    • Perte d’un compagnon
    • Arrivée d'un bébé
    • Changement d'horaire des propriétaires
    • Changement d'environnement de l'animal
    • Changement dans l'alimentation de l'animal
    • Se faire garder par d'autres gens durant l'absence du propriétaire
    • Aller en pension durant l'absence du propriétaire

    Durant de tel évènements, il peut être bénéfique pour l'animal de recevoir des probiotiques quelques jours avant avant, durant et quelques semaines après la période de stress.

    McEwen BS (2007). "Physiology and neurobiology of stress and adaptation: central role of the brain"Physiol Rev87 (3): 873–904.


      La différence entre les différents types de probiotiques

      Il existe de nombreux produits sur le marché. Les différentes espèces animales n'ont pas toutes la même flore bactérienne normale. Pour un herbivore qui mange des plantes et des herbes, un carnivore qui mange de la viande et un omnivore qui mange une part de chacun des deux, les bactéries qui participent à la digestion de ces éléments sont complètement différentes. Donner des bactéries qui ne font pas partie de la flore bactérienne normale sera au mieux inutile, car les bactéries ne survivront pas, mais pourrait même être nocif, car certaines bactéries normales pour une espèce peuvent être pathogènes pour une autre espèce.

      Par exemple, le hérisson et la plupart des reptiles ont la bactérie Salmonella spp. dans leur flore normale, alors qu'il s'agit d'une bactérie dangereuse pour plusieurs autres espèces, incluant les humains chez qui cela peut causer une infection digestive parfois grave.

      Chaque espèce a donc besoin de supplément de probiotiques spécifique à son espèce afin d'avoir les bénéfices reliés au probiotiques et même ne pas causer de tort. Un supplément spécifique contiendra des espèces bactériennes provenant de la flore normale de l’espèce ciblée. Un probiotique conçu pour les humains n'est donc pas approprié à donner aux animaux. Il est important de porter attention à quelles souches bactériennes sont utilisées dans le supplément de probiotique que vous voulez choisir et habituellement, il est mieux de sélectionner un probiotique contenant plusieurs espèces de bactéries, plutôt qu’une seule. En effet, cela augmentera l’efficacité du produit.

      Une partie des bactéries ingérées sera détruite par l'acide gastrique (de l'estomac), il est donc important de sélectionner des suppléments utilisant une méthode de protection pour ses bactéries afin qu'elles puissent survivre jusqu'à l'intestin, la destination principale des bactéries. Le taux de survie est donc plus important que le nombre de bactéries au départ.

      Chez certaines espèces animale, les probiotiques peuvent être en capsule ou comprimés à avaler. Il s’agit d’un processus offrant une protection contre une portion de l’acide de l’estomac, cette couche protectrice sera dissoute par l’acide gastrique et les bactéries seront libérées plus tard. Ainsi, un plus grand nombre de bactéries se rendra à l’intestin.

      Pour d’autres espèces ou certains individus, il n’est pas possible de leur faire avaler un comprimé dû à leur taille, anatomie ou niveau de stress par exemple. La microencapsulation est un processus par lequel les bactéries peuvent être enrobés par une couche protectrices au niveau microscopique afin d’avoir le même effet de protection contre l’acidité gastrique et se présenter sous forme de poudre. La poudre s’administre souvent plus facilement dans la nourriture pour les petites espèces ou pour diminuer le stress de l’administration (caché dans la nourriture par exemple).

      Tous les probiotiques ne sont pas égaux, il est important de s’informer afin de faire un choix éclairé lors de l’achat d’un produit.


      Présentation

      Sophie Hébert Saulnier a graduée en médecine vétérinaire en 2010 à l'Université de Montréal. Durant ses études, elle a fait de nombreux stages au Québec et aux États-Unis afin de se perfectionner dans la médecine des animaux exotiques de compagnie. Elle travaille en clinique depuis plus de 6 ans, exclusivement en médecine des animaux exotiques de compagnie. Elle a également donné, dans les dernières années, de nombreuses présentations sur la médecine des oiseaux pour différentes associations québécoise et pour les étudiants en médecine vétérinaire ou en technique de santé animale. En plus, elle enseigne au Collège Vanier en technique de santé animale pour participer à former les futurs techniciens. Elle partage son temps libres entre le bénévolat dans un refuge afin de les aider à mieux s'occuper des animaux exotiques qu'ils reçoivent, sa participation à un orchestre à vent, l'escalade et les voyages. Elle partage également sa vie avec deux perroquets caïques et deux chats.